( 14 octobre, 2009 )

Staub, Rusty

staubrusty.jpg

Rusty Staub fait partie de la légende des Expos, même s’il n’a joué à Montréal que trois années et demi, le long d’une carrière de 23 saisons. Staub était ce que les bébés Expos avaient de meilleur! Il jouissait déjà d’une solide réputation au cours de saisons précédentes avec Houston, mais les années 69-70-71 à Montréal sont parmi ses meilleures. Ses 30 circuits de 1970 représentent un sommet en carrière. De plus, Staub était superbe en défensive au champ droit. Au-delà de ses performances sur le terrain, Staub s’est montré un parfait gentilhomme, très aimable envers les partisans, se prêtant à toutes les activités de l’équipe. J’aime l’idée que son surnom francophone du Grand Orange l’ait suivi tout le reste de sa carrière. Quand il a été échangé aux Mets, j’étais adolescent et je dois dire que j’étais terrassé par cette nouvelle… En 1979, il revient donner un coup de main aux Expos et lors de sa première partie au stade olympique, il reçoit une ovation incessante tout bonnement monstrueuse! Voici les statistiques de Staub avec les Expos : 518 parties, 81 circuits, 284 points produits, moyenne de .295. Il portera aussi les couleurs des Rangers, des Tigers, mais surtout des Mets de New York, sans oublier Houston.

( 13 octobre, 2009 )

Speier, Chris

speirchris.jpg

Obtenu des Giants en retour de Tim Foli. Non seulement les deux équipes s’échangaient leur arrêt court, mais ils troquaient aussi deux joueurs semblables. Chris Speier était ce type d’athlète habile en défensive, moyen au bâton, mais qui possédait un bel esprit d’équipe, qui était à son poste chaque jour et que les partisans appréciaient. Dans le cas de Speier, les gens du Québec l’aimaient davantage parce qu’il s’était acheté une maison dans les Laurentides et qu’il passait l’hiver ici. Speier a évolué 8 saisons à Montréal, de 1977 à 1983 : 895 parties, 255 points produits, moyenne de .245.  Il allait par la suite retourner avec les Giants, évoluer aussi pour les Cubs, les Cards et les Twins.

( 12 octobre, 2009 )

Stoneman, Bill

stonemanbill.jpg

Le premier héros au monticule pour les Expos! Dans le programme souvenir de 1969, Stoneman est décrit comme un lanceur de relève, poste qu’il n’occupera jamais à Montréal. Allons y avec honnêteté : Bill Stoneman n’était pas un grand lanceur, mais il était ce qu’on avait de mieux au cours de ces années de vaches maigres. Deux parties sans point ni coup sûr, c’est un exploit remarquable, surtout que la toute première avait eu lieu lors des jours suivant la naissance des Expos : le 17 avril à Philadelphie. Sa fiche à Montréal, de 1969 à 1973 : 186 parties, 51-72, 3.98, 831 retraits au bâton. Il allait par la suite jouer brièvement pour les Angels, équipe avec qui il travaillera comme administrateur, rôle qu’il tiendra aussi avec les Expos. Ayant épousé une Québécoise, Stoneman a longtemps travaillé au Canada et habité le pays.

( 12 octobre, 2009 )

Santangelo, F.P.

santangelofp.jpg

J’avais vu ce joueur à l’entrainement et dans des parties des Lynx d’Ottawa, sans jamais croire que ce gars porterait un jour les couleurs des Expos. Pour ma plus grande joie, il l’a fait de 1995 à 1998. Joueur au physique un peu carré, trapu, pas très élégant, Santangelo était du type à salir son uniforme dès la première manche afin d’aider l’équipe : il plongeait tête première, courait comme un cinglé, culbutait, enfin, il était, à mes yeux, la réincarnation de Ron Hunt. Pas très talentueux, mais plein d’énergie et du désir de vaincre. Un véritable prolétaire du baseball! Recrue à 27 ans, Santangelo jouait pour les filiales des Expos depuis 1989. L’homme, de plus, était très sympathique. Je me souviens du moment où les Expos l’ont laissé partir : j’attendais l’autobus à la gare de Québec et j’ai entendu la nouvelle à la radio. Je me suis dit : « Oh non! Ce n’est pas vrai! » Mon héros allait porter les couleurs des Dodgers, Giants et des A’s, sauf que même dans ces uniformes, il demeurait un Expo. Fiche : 439 parties, 119 points produits, moyenne de .251 et 89 bleus au corps.

( 12 octobre, 2009 )

Segui, David

seguidavid.jpg

Voltigeur et premier but obtenu des Mets contre le lanceur des mineures Reed Cornelius dans le seul but de remplacer Henry Rodriguez blessé. La suite allait devenir différente : Segui deviendra le premier but régulier des Expos, connaîtra ses meilleurs moments dans les majeures à l’attaque, tout en étant un premier but défensif de première qualité. L’aventure de Segui avec les Expos aura été trop courte : de 1995 à 1997,  337 parties jouées, 42 circuits, 183 points produits, moyenne de .300.  Wow! L’homme a aussi porté les couleurs des Orioles, Mets, Mariners, Blue Jays, Rangers et Indians. Il était le fils de Diego Segui, un lanceur, le seul joueur à avoir évolué avec les Pilots et les Mariners de Seattle.

( 12 octobre, 2009 )

Stanhouse, Don

stanhousedon.jpeg

Lanceur droitier utilisé comme partant et en relève, qui évolue avec les Expos de 1975 à 1977. Fiche de 19-22 et 3.77 en 85 parties. L’homme était le lanceur partant lors de la toute première partie des Expos au stade Olympique, en 1976, contre Philadelphie. A aussi porté les couleurs des Orioles, Rangers et Dodgers.

( 12 octobre, 2009 )

Scott, Rodney

scottrodney.jpg

Petit joueur de deuxième but comptant deux séjours avec les Expos : 1976, puis de 1979 à 1983. Scott n’était pas un bon frappeur, mais quand il se rendait sur les buts, il se montrait particulièrement agressif et détestable, arrivant toujours à provoquer quelque chose. Il est l’auteur d’un exploit rare : avoir touché les quatre buts suite à un coup retenu! Il a participé à 421 parties des Expos, frappé pour .226, produit 115 points et volé 139 buts. A aussi joué pour les A’s, les Cubs et les Yankees. Comme beaucoup de joueurs de son époque, Rodney Scott était quelque peu indiscipliné… Son congédiement par les Expos avaient provoqué la colère de Bill Lee, mis à la porte peu après.

( 11 octobre, 2009 )

Smith, Bryn

smithbryn.jpg

Le droitier Bryn Smith était le joueur des mineures accompagnant Rudy May à Montréal lors d’une transaction avec les Orioles en 1977, celui qu’on ne voyait pas avec les Expos. Après son apprentissage dans les mineures, il fait surface à Montréal en 1981 et allait lancer pour les Expos jusqu’en 1989. Sa fiche, en 284 parties, est de 81-71 et 3.28, avec 383 retraits sur trois prises. Voilà un lanceur fiable! Le reste de sa carrière, avec les Cards et les Rockies, sera anecdotique.

( 11 octobre, 2009 )

Shaw, Don

shawdon.jpg

Lanceur très ordinaire qui évolue avec la première formation des Expos (1969). La particularité de Don Shaw : il remporte la première victoire des Expos, en relève, lors de la partie inaugurale au stade Shea de New York le 8 avril 1969. Il en fallait un… Fiche cette saison-là : 35 joutes, 2-5 et 5.21. A aussi brièvement évolué pour les Mets, Cards et A’s.

( 10 octobre, 2009 )

Stairs, Matt

stairsmatt.jpg

Un Canadien des Maritimes. En 1992, alors qu’Ivan Calderon se blesse, le poste de voltigeur de gauche est ouvert à deux recrues : Moise Alou et Matt Stairs. Alou gagnera. Stairs va évoluer brièvement avec les Expos : 19 parties et moyenne de .211 en 1992 et 1993. Avec les Red Sox, il ne fera pas mieux et bien malin celui qui aurait pu prévoir que ce gars allait devenir un joueur de bon calibre. C’est avec Oakland qu’il éclate, principalement à coups de circuits. Matt Stairs va évoluer pour tout le monde : Cubs, Royals, Tigers, Blue Jays, Brewers, Phillies, Padres. À 43 ans, en 2011, il était le plus ancien Expo à poursuivre une carrière dans les majeures, cela avec les Machin-Chouette et Was… pardon : de Nulle-Part.

12345...7
Page Suivante »
|