( 5 octobre, 2009 )

Powell, Alonzo

powellalonzo.jpg

Lors d’une bouderie de Tim Raines à propos de son contrat, Alonzo Powell commence la saison 1987 comme voltigeur de gauche des Expos. Cela ne s’éternisera pas : 14 parties et moyenne de .195. Il allait refaire surface en 1991 avec les Mariners de Seattle.

( 5 octobre, 2009 )

Pevey, Marty

peveymarty.jpg

Treize petites chances et puis s’en va. Moyenne de .220. C’était en 1989 et ce Pevey était un voltigeur.

( 4 octobre, 2009 )

Paniagua, Jose

paniaguajose.jpg

Grand lanceur droitier étiqueté « Prospect qui ne peut rater », mais qui sera plutôt ordinaire avec les Expos de 1996 et 1997 : 3-6 et 5.74. Fera un peu mieux sous le ciel de Seattle et terminera sa brève carrière par de courts séjours avec les Tigers et les White Sox.

( 3 octobre, 2009 )

Phillips, Mike

phillipsmike.jpg

Réserviste à l’avant champ, avec une carrière d’une dizaine d’années dans les majeures avec les Giants, Mets, Cards et Padres. Avec les Expos, de 1981 à 1983, Phillips joue peu et participe à quelques joutes dans les mineures. Tout laisse croire qu’il a souvent été blessé à ce moment-là. Fiche : 53 parties, moyenne de .200.

( 3 octobre, 2009 )

Pascucci, Val

pascussival.jpg

En voyant ce nom, je me suis posé la grande question : Qu’est-ce qu’un Val Pascucci et à quoi cela sert-il ? Réponse d’autant plus difficile que j’avais mal orthographié son nom et que mon moteur de recherche a laissé entendre qu’il n’existait pas. C’est peut-être ça, au fond : il n’a pas existé, comme beaucoup de joueurs des Expos des années 2000. Bon! Vas-y Mario et sans sarcasmes : ce voltigeur a participé à 32 parties avec la formation de 2004 et frappé pour .177. Ce sera tout pour Val. Pas même certain que ses parents ont été fiers de lui. En 2011, il évoulait à Buffalo, filiale AAA des Mets.

( 2 octobre, 2009 )

Papi, Stan

papistan.jpg

Réserviste à l’avant champ, faisant partie des formations 1977 et 1978 de Expos : 80 parties et moyenne de .271. Tiendra le même rôle avec les Cards, les Red Sox et les Tigers.

( 24 septembre, 2009 )

Parrett, Jeff

parrettjeff.jpg

Un releveur droitier de courte relève, avec une carrière assez longue dans les majeures, évoluant avec Philadelphie, Atlanta, Oakland, Colorado et St Louis. C’est avec les Expos que le tout a débuté, de 1986 à 1988. Fiche de 19-11, 12 victoires protégées, moyenne de 3.47.

( 24 septembre, 2009 )

Perez, Pascual

perezpascual.jpg

Pascual et ses boucles de cheveux! Pascual et ses grimaces! Lorsque les Expos le récupèrent, il était sans contrat, après avoir attiré l’attention quelques mois plus tôt avec les Braves, qui en ont eu assez de ses excentricités. Belle aubaine pour les Expos, avec des saisons de 7-0 et de 12-8. Le déclin allait cependant surgir rapidement et quand les Yankees lui font signer un riche contrat, Pascual a l’air ridicule sur la bute newyorkaise. Sa fiche avec les Expos : 28-31, mais 2.80, en 70 parties. Il avait débuté sa carrière avec les Pirates.

( 23 septembre, 2009 )

Perez, Carlos

perezcarlos.jpg

Carlos Perez se fendait de grimaces au monticule, donnait de vifs coups de bras après avoir retiré un frappeur et sautait par dessus la ligne blanche du troisième but quand il rentrait à l’abri. Il y en a qui trouvaient ça drôle, mais moi, j’ai toujours pensé que ce lanceur gaucher faisait ainsi preuve d’un manque de concentration. De plus, lorsqu’il y avait des adversaires sur les buts, Perez semblait perdre davantage de sa mince concentration. Carlos a débuté avec brio avec les Expos, mais quand tout le monde l’eut affronté quelques fois, ses trucs ont vite été notés et ses performances sont devenues inégales. Échangé au Dodgers, le jeune frère de Pascual ira de catastrophe en échecs avec les Dodgers. Fiche avec les Expos : 29-31, 3.78, lors des saisons 1995 à 1998. Ah! j’oubliais! Il avait dans la bouche la plus incroyable chique de tabac que l’on puisse imaginer!

( 23 septembre, 2009 )

Pride, Curtis

pridecurtis.jpg

Je crois que les gens ont eu de la sympathie pour Curtis Pride parce qu’il était sourd. Il ne faut cependant pas cacher qu’il fut surtout un joueur des ligues mineures, connaissant maintes bonnes saisons à tous les niveaux. En 2008, à 39 ans, il jouait toujours, dans une ligue indépendante. Avec les filiales des Expos, Pride a cogné solidement. Il a évolué à deux reprises à Montréal : en 1993 et 1994, puis en 2001. Il a participé à 94 parties, frappant pour .230. Il a aussi joué brièvement pour les Tigers, Red Sox, Braves, Yankees et Angels.

123
« Page Précédente  Page Suivante »
|