( 29 septembre, 2009 )

Barron, Tony

barrontony.jpg

Le voltigeur Tony Barron a participé à une joute avec les Expos de 1996. Une apparition au bâton et retiré sur trois prises. Je me souviens de lui ! L’homme avait 29 ans, jouait dans les mineures depuis une dizaine d’années. Arrivé à Montréal, la télé se presse de lui poser quelques questions. Je me rappelle ce sourire, cette joie d’avoir enfin sa chance de jouer dans les majeures. Il devait être atrocement déçu du résultat… Heureusement pour lui, il allait jouer dans 57 parties avec les Phillies l’année suivante. Puis ce sera tout pour Tony.

( 29 septembre, 2009 )

Benavides, Freddie

benavidesfreddie.jpg

Une « mesure défensive » qui avait porté les couleurs des Reds et des Rockies. Utilisé surtout au deuxième but, Benavides participe à 47 parties avec les Expos de 1994, frappant pour .222.  Ce sera sa dernière présence dans les majeures.

( 29 septembre, 2009 )

Boyd, Dennis « Oil Can »

boyddennis.jpg

Oil Can arrive à Montréal en provenance de Boston avec sa réputation de joyeux drille et de joueur expressif. En fait, au monticule, il était plutôt calme. Cependant, quand il était fier d’un de ses bons coups, il l’exprimait haut et fort! Boyd n’a pas lancé longtemps avec les Expos : 1990 et une partie de 1991. Il laisse une impression favorable aux partisans, appréciant les « caractères ». Fiche avec les Expos : 16-14, 3.15, 195 retraits au bâton. Il sera échangé aux Rangers, où il terminera sa carrière et… heu : sa carrière dans les majeures ! En fait, on se demande s’il a déjà cessé de lancer : beaucoup de présences dans les ligues indépendantes, dont une saison, à 45 ans, dans la ligue Can-Am. En 2008, Boyd met sur pieds une équipe itinérante de vétérans pour affronter des équipes amateur de petites localités. Dans cette formation, trois anciens Expos : DeShields, Grissom et le kid Bill Lee ! Le but d’Oil Can est de lancer pro plus vieux que Satchel Paige. C’est le bonheur que je lui souhaite.

( 29 septembre, 2009 )

Bosch, Don

boschdon.jpg

Un Expo de la première heure, mais qui ne passera pas la saison 1969 au complet à Montréal.  Il est célèbre pour deux choses : avoir été le premier Expo à frapper un coup sûr à Montréal, lors de la partie d’ouverture du 14 avril 1969 au parc Jarry. Un simple au champ droit, en première manche, comme frappeur initial. Je souligne que le tout premier coup sûr en sol canadien appartient à Curt Flood, des Cards, en première manche, contre Dan McGinn. Bosch a probablement reçu une ovation du public montréalais à ce moment-là. La seule de sa vie! Deuxième fait notable : Boschl a été échangé aux Astros en retour de Mike Marshall. Quel vol incroyable de la part des Expos! N’a jamais joué à Houston, mais comptait quelques parties à Pittsburgh et pour les Mets avant 1969. Fiche avec les Expos, en 1969 : participe à 49 parties et frappe pour .149.

( 27 septembre, 2009 )

Bolick, Frank

bolickfrank.jpg

Gros cogneur dans les mineures qui, à 27 ans, est un des 836 candidats pour remplacer Tim Wallach au troisième but. Catastrophe! Erreurs et mauvaises exécutions de jeux de base. Il ne fera pas mieux quand utilisé au premier but. Les Expos le congédient au cours de l’année 1993. Il a participé à 95 parties avec les Expos et frappé pour .211. Cinq années plus tard, il refera surface brìèvement avec les Angels. Un vrai joueur des mineures, en somme…

( 27 septembre, 2009 )

Barrett, Michael

barrettmichael.jpg

Jeune receveur sympathique qui a évolué à Montréal de 1998 à 2003, participant à 542 parties, avec 38 circuits, 193 points produits et une moyenne de .253. Il a aussi été employé au troisième but, je n’ai jamais trop bien compris pourquoi… En 2003, Barrett connaît une saison atroce et les Expos le donnent aux Cubs pour presque rien. Il allait s’affirmer à Chicago ! Il a aussi évolué à San Diego et à Toronto. En 2010, il a évolué pour deux filiales des Mets, puis a pris sa retraite.   J’aime bien la photo ci-haut. Communicatif, non ?

( 27 septembre, 2009 )

Berry, Sean

berrysean.jpgSean Berry le mal aimé ! Au cours de ses quatre saisons avec les Expos, on a entouré Berry de divers joueurs de troisième but dans le but de le remplacer, mais aucun n’arrivait à frapper avec la même constance que lui. Berry n’a jamais joué près des 162 parties du calendrier. Si cela avait eu lieu, nous aurions eu un cogneur de 30 circuits par saison. C’est que Berry, en défensive, n’était pas le plus gracieux! Quoi qu’il en soit, les Expos l’ont échangé pour faire place à pire que lui : Shane Andrews. Berry connaîtra de belles années à Houston. Il avait aussi évolué pour Kansas City et terminera sa carrière par des brèves séquences avec les Brewers et les Red Sox. Fiche de Sean Berry de 1992 à 1995 : 352 parties, 40 circuits, 149 points produits, moyenne de .289. Ce qu’il y a eu de mieux par un joueur de sa position après le départ de Tim Wallach.

( 27 septembre, 2009 )

Bailey, Bob

baileybob.jpg

Quand les Expos échangent Bob Bailey aux Reds de Cincinnati le 12 décembre 1975 en retour de Clay Kirby, le dernier joueur de l’édition originale des Expos prenait la route vers une autre ville. Bailey avait aussi cogné le premier coup sûr de l’histoire de l’équipe, le 8 avril 1969 à New York : un simple au champ droit, produisant ainsi le premier point à vie des Expos, puisque Sutherland était venu marquer du deuxième but. Bob Bailey a marqué l’enfance des Expos avec son excellence : il participe à 951 parties, frappe 118 circuits, fait produire 466 points et sa moyenne a été de .266. Il alternait entre le troisième but, le premier et le champ gauche. Je me souviens surtout d’un joueur très pro, qui accomplissait comme il faut son travail de jour en jour. De plus, je n’ai jamais pu oublier le coup de circuit incroyable qu’il avait canonné au dernier balcon de l’Astrodome de Houston.  L’an dernier, j’ai croisé un reportage Internet avec Bailey, racontant que ses années à Montréal furent merveilleuses. Bob Bailey a aussi évolué dans les majeures avec les Pirates, les Dodgers, les Reds et les Red Sox.

( 26 septembre, 2009 )

Batista, Miguel

batistamiguel.jpg

Un choix de repêchage des Expos, congédié par l’organisation, et qui revient à Montréal en provenance des Cubs en retour d’Henry Rodriguez. Batista a lancé en 1998, 1999 et une partie de 2000 à Montréal : 99 parties, 11-13, 4.63, 99 retraits au bâton. Pas une performance imposante, il faut l’avouer, et à ce moment-là, personne n’aurait cru qu’en 2010, à l’aube de ses 40 ans, Batista serait toujours un lanceur des majeures. Sa feuille de route : Cubs, Pittsburgh, Floride, Arizona, Toronto, Seattle, St-Louis, les Mets et cette ville au nom étrange que je me refuse de nommer ici. Toujours actif en 2011.

( 26 septembre, 2009 )

Barrett, Tim

barretttim.jpg

Lanceur très connu à Indianapolis, puisqu’il a évolué cinq années avec cette filiale AAA des Expos. Son séjour à Montréal est modeste : 4 parties en 1988, moyenne de 5.76, sans décisions.

123456
« Page Précédente  Page Suivante »
|