( 14 octobre, 2009 )

Raines, Tim

rainestim.jpg

Le voltigeur Tm Raines a évolué dans les majeures de 1979 à 2002 : quatre décennies! Au début des années 1980, il n’y avait rien de plus excitant que de voir le jeune Raines voler des buts. Il le faisait avec un petit aspect arrogant tout à fait délectable! Tim mène la ligue nationale pour les vols de buts quatre années consécutives (1981 à 1984), sans oublier qu’il est champion frappeur en 1986 (.334). Enfin, rien ne lui échappait au champ gauche! En dernier lieu, Raines en avait un peu marre des Expos et il est échangé aux White Sox en retour de Calderon. Belles saisons dans la ligue américaine à Chicago et aussi avec les Yankees, jusqu’à ce que l’âge se fasse sentir. Ceci ne veut cependant pas dire que Raines était devenu un mauvais joueur. Il évolue à Oakland une saison et en 2000, après quelques parties dans une ligue indépendante, il prend sa retraite. Cependant, l’idée d’un retour dans les majeures lui trotte dans la tête et les Expos l’invitent à leur camp d’entraînement. Il réussit! Sa présence à Montréal, en 2001, a quelque chose de sympathique, tout comme dans le cas de Carter et de Galarraga. Parmi tous ces visages anonymes des Expos de la décennie 2000, il faisait bon de voir un héros des années de gloire! Raines, comme réserviste, est utile aux Expos, qui le donnent aux Orioles à la fin de la saison, afin qu’il puisse jouer avec son fils. L’année suivante, il participe à quelques parties avec les Marlins et c’était terminé. En 2004, Raines fait partie du personnel d’instructeurs d’une filiale des Expos et il est présent à Montréal lors de la dernière joute de l’équipe, serrant la main aux spectateurs à la fin de la joute. En 2009, il dirige la formation de Newark de la ligue de la côte atlantique, où il retrouve son fils. Fiche de Raines avec les Expos, de 1979 à 1990 + 2001 : 1452 parties, 96 circuits, 556 points produits, 635 buts volés et moyenne de .301. Un grand joueur!

2 Commentaires à “ Raines, Tim ” »

  1. krikrimapuce dit :

    Ha oui…. Le voleur de but. Quel talent il avait. Je me souviens très bien de lui… comme Dawson.

    Mais je ne me souvenais pas de fait qu’il en avait eut marre des expos. Pas grave. Ce n’était pas le plus important. Mais son talent. Sa Ardiesse et son petit coté fendant qui ravissait.

    Merci encore Mario

    Dernière publication sur La Boite qui Mijote : Quand ça devient concret

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|