( 14 octobre, 2009 )

Martinez, Dennis

martinezdennis.jpg

Une carrière de 23 saisons dans les majeures et un gagnant de 100 parties dans les deux ligues. Quand les Orioles échangent Martinez aux Expos en retour du réserviste Rene Gonzales, je ne pensais rien de cette acquisition, d’autant plus que Martinez a été mauvais avec les Expos cette saison-là. Mais par la suite, hein! Quel lanceur! Quel caractère, aussi. Au monticule, Martinez avait l’air d’un vétéran « qui en a vu de toutes les couleurs », qui ne se laissait impressionner par rien, bien qu’on sentait que l’horloge cérébrale roulait sans cesse. Dennis Martinez lance avec les Expos de 1986 à 1993 : 100 victoires, 72 défaites, moyenne de 3.06, 13 blanchissages, 973 retraits sur trois prises. Il mène la ligue nationale avec une moyenne de 2.39 en 1991. Au delà de ces chiffres, les partisans aimaient surtout son attitude, ses coups de gueule, puis ses sourires, sa gentillesse. En 1991, suite à son match parfait à Los Angeles, Martinez est sujet d’une fête à son retour au stade olympique. On lui remet divers présents et à un de ceux-là lui est donné par un partisan de la première heure, qui avait des billets de saison depuis 1969. Martinez lui serre la main, puis enlève son veston, qu’il dépose sur les épaule de l’homme. Voilà qui était Dennis Martinez ! En 1993, il est échangé aux Braves, vers la fin de la saison. Martinez refuse la transaction vers cette puissante équipe, préférant terminer son contrat à Montréal.  Il allait par la suite jouer pour Cleveland, Seattle et… Atlanta! Viva El Presidente!

Pas de commentaires à “ Martinez, Dennis ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|