( 8 octobre, 2009 )

Raymond, Claude

raymondclaude.jpg

Mon héros! Claude Raymond a débuté dans les majeures en 1959 avec les White Sox, mais son véritable envol de carrière date de 1961, avec les Braves et par la suite Houston. Ce lanceur droitier n’a jamais été un releveur vedette, mais un bon lanceur efficace de calibre du baseball majeur. Claude Raymond est refilé aux Expos par les Braves le 19 août 1969. L’homme avait eu le temps de gagner contre les Expos au parc Jarry dans l’uniforme d’Atlanta. De ce 19 août 1969 jusqu’à la fin de la saison 1971, Claude Raymond a été fort utile aux jeunes Expos, particulièrement en 1970. Il participe à 111 parties, avec une fiche de 8-16, une moyenne de 4.47 et sauve 24 parties. Notez que Raymond a été le lanceur de décision de la première victoire en surtemps de l’histoire de l’équipe, au début de 1970.  En dernier lieu, Gene Mauch lui préféfait Mike Marshall, sans doute avec raison. Carrière de joueur terminée, mais début d’une autre dans les communications. D’abord aux côtés de Jacques Doucet à la radio, puis à la télé comme successeur de Jean-Pierre Roy. Calme (il ne criait jamais, lui!), Claude Raymond offre des commentaires justes, souvent du point de vue d’un lanceur. À mes oreilles, il avait la voix d’un oncle au bon coeur connaissant beaucoup de choses et désireux de me les enseigner. Hors ces activités importantes, Claude Raymond fait la promotion du baseball auprès des jeunes, anime des cliniques auxquelles plusieurs joueurs des Expos prêtent leur concours de bonne grâce. J’oublie les levées de fond pour le baseball mineur? Quand Radio-Canada fiche le baseball hors de sa grille horaire, Claude Raymond travaille pour les Expos comme instructeur spécial du haut des gradins, prenant des notes qu’il communique au gérant. Lors de la dernière partie des Expos à Montréal, Claude Raymond portait son uniforme numéro 16 et j’ai été profondément bouleversé de voir cet homme pleurer quand un microphone de télé s’est approché de lui, alors qu’il était sur le monticule. Claude Raymond est un grand, grand, grand Monsieur.

Pas de commentaires à “ Raymond, Claude ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|