( 8 octobre, 2009 )

Aucoin, Derek

aucoinderek.jpg

L’énigme Derek Aucoin ! Le seul lanceur québécois développé par les Expos ayant atteint les majeures n’aura lancé que deux manches, en 1996 : une à San Francisco, le temps de perdre la partie, et l’autre occasion au stade olympique, contre les Dodgers. Fait intéressant : à Montréal, Aucoin venait en relève à un autre francophone, Rhéal Cormier. Sa moyenne : 3.38. Il avait alors été bien entendu qu’Aucoin remplaçait un joueur blessé et qu’il retournerait à Ottawa dès l’homme rétabli. Aucoin avait suivi la hiérarchie des mineures d’une assez belle façon et il est évident qu’un lanceur de sa taille (6 pieds 7 pources, 230 livres) figurait dans les plans de Montréal comme « stoppeur ».  Quand il arrive au camp d’entraînement pour la saison 1997, Aucoin avait du mal à rendre la balle au marbre, lançait n’importe où. Cédé rapidement au camp des mineures, le gaillard connaît des moments abominables à Ottawa et Harrisburg. Libéré discrètement par les Expos, Aucoin est engagé par les Mets, où il continue ses méfaits pour d’autres formations, avant d’être congédié encore. Pourtant, à peine deux années auparavant… Très bizarre!

Hé, tous ces gens qui cherchent une photo de Derek Aucoin presque chaque jour, n’avez-vous pas le goût de visiter le reste du blogue et d’écrire : Merci, monsieur Bergeron, d’avoir tout fait ça. Hmmm ?

Pas de commentaires à “ Aucoin, Derek ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|